Résultats


Reims accueille le tour final entre les six compétiteurs restant. Chacun des joueurs effectuera trois matchs avec des fortunes et ambitions diverses avec, pourtant, à l’arrivée, deux places en finale de Ligue Grand Est. Décidément, la formule sportive me laisse perplexe mais bon, l’envie de jouer est là et c’est l’essentiel donc peu m’importe.
Stéphane Leclerc est en-tête avec ces victoires des deux premiers tours. Daniel Ravillon et moi-même sommes deuxièmes avec avantage à la moyenne pour le grauviot, sans confrontation directe, le match est, donc, à distance.

Tour 1 - Les joueurs du même club s’affrontent. Je joue Stéphane et à côté Daniel, Sébastien Fourmet. Le début de partie est bon, je fais 3 sur le point de départ, un léger vide, Stéph met un temps à démarrer mais au tiers du match, les résultats sont là (13-12 à 9è, 15-12 à la 18è). Après la pause, j’ai un creux inexpliqué (4 en 16), Stéphane n’arrive pas à profiter pleinement de ma mésaventure (19-20 à la 34è). Sans explication aussi, je réalise une série de 7 et termine peu après (30-23 en 39). Soulagement, le point rouge est atteint, la moyenne très correcte.
L’autre duel fratricide s’enlise (11-12 à la 27è pour Séb), la carte club est affichée, Sébastien se met en retrait, Daniel réussit à enchaîner, finit sur 5 (16-30 en 39).

Tour 2 - Un troisième match fratricide entre les deux joueurs de Reims est à l’affiche. Les rémois patinent (5-7 à la 16è). Joaquim Nunes enclenche les hostilités par 4, Pierre N’Guyen répond par 4, plus tard, 4, 7 et 3 et un 5 à l’addition pour se trouver à 29 à la 33è. Moins de séries, Joaquim tient avec 22 à la 30è. Pierre boucle en 36 coups, Joaquim fait 4 sur la reprise égalisatrice et réussit à limiter la casse (30-28).
Stéphane gagne le tirage à la bande face à Séb, rate à nouveau le point d’engagement, Séb vole le premier, fait 3. J’arbitre et je me dis que c’est mal, très mal barré pour mon camarade. Stéph s’accroche (6-10 à la 6è) et prend un rapide avantage à la pause (16-11 à la 12è), après une série… de huit traits (16-14 à la 20è). Un sursaut du sammiellois (24-18 à la 27è), encore quatre traits, Sébastien revient (25-25 à la 33è). Stéphane réagit à nouveau avec 2-2-1. Pour 3, Séb attaque la reprise égalisatrice qui porte bien son, le grauviot égalise à la 37è.

Tour 3 - Contre Pierre, de suite, j’essaie de défendre, j’attaque et sans faire exprès, Pierre se retrouve dans des situations délicates. Je mène 12-2 à la 13è, faut que je tienne le rythme (15-11 à la pause en 21 reprises). Je fais un point et après, une longue traversée du désert (1 en 18), heureusement pour moi, Pierre n’est pas mieux que moi, a sensiblement les mêmes difficultés (jamais loin). Je suis devant (21-20) à l’avant-dernière reprise, Pierre rate la 45è, j’ai le point de départ, je fais 6 qui sauve les apparences (20-27 en 45), le point rouge est là.
Daniel, mon outsider direct, est confronté à Joaquim qui n’amuse pas le tapis vert (8-1 à la 3è, 12-4 à la 8è). Dany s’applique, 3 séries de 4 et la situation tourne à son avantage (16-19 à la 15è). Le joueur de Grauves s’effondre quelque peu, Joaquim phénix renaît de ces cendres et gère la fin du match avec 12 en 12 pour finir (30-26 en 32). La défaite de Dany est un bon point pour moi.

Tour 4 - Joaquim est sur la même rampe de lancement avec moi, malheureusement, moi aussi. J’en rage, j’en désespoir, j’en vieillesse ennemie, je ne comprends pas comment je peux me faire bousculer aussi facilement et surtout sans réponse de ma part (5-15 à la pause à la 14è).


Je reviens de l’intermède avec 2 et 4, ça me remet en selle. Je m’accroche, j’alterne entre l’incroyable (comme ci-dessous et un coup du parapluie magnifique réalisé quelques coup plus tard) et le pitoyable avec des tiers bien loupés, des points faisables ratés de près, sans compter les replacements non réussis d’un rien, des couloirs impossibles.



Pour être intellectuellement honnête, je vole tout de même deux points et Joaquim n’est pas en reste sur le côté noir de la réussite. Une autre série de 4 me met dans la course (25-25 à la 30è). Et, je traîne à nouveau, je suis obnibulé par la moyenne, ça me fout en l’air, je passe au travers, à côté. Pour autant, je m’accroche, pas le choix, la qualification est entre mes mains, je calcule qu’un match suffit (27-29), je fais 3, une petite série de 3 libératrice à la 43è. Joaquim égalise, il le mérite, il méritant davantage d’ailleurs. Cela me permet de finir premier de la journée, donc devant Dany, donc qualifié en finale du Grand Est.
Sur l’autre table, sans enjeu, Sébastien et Pierre livre une triste bataille, Séb gagne sans paillette (28-27 à la 45è).

Tour 5 - Tout se joue sur tapis vert, le tapis vert de l’Académie de Reims, Stéphane doit défier Daniel s’il veut me rejoindre en finale de ligue. La journée est longue, la route, les arbitrages, je sens Stéph rincé de sa semaine et de sa journée. Un petit manque de fraîcheur, de peps se font vite ressentir sur ce billard si exigeant (comme tous les billards en fait). L’écart ne cesse de croître jusqu’à la 30è, 10-24 pour Daniel. Malgré un léger rebond du sammiellois et l’arrêt à la marque du grauviot, les jeux sont faits, Stéphane concède la défaite (21-27 en 45).

Invaincu en ce dimanche, je suis à la première place avec 0,685 de moyenne, Daniel suit avec deux victoires et 0,715, Joaquim est troisième en signant la meilleure générale avec 0,792. Les trois derniers sont exactement à 0,611, au point de matchs, Sébastien est 4è, Pierre, 5è et malheureusement une dure 6è place pour Stéphane qui l’élimine pour la suite de la compétition.