Dans la tête de Jonathan

Pierre DESPROGES

La culture, c'est comme l'amour. Il faut y aller par petits coups au début pour bien en jouir plus tard.

Caméra Café

Jean-Claude Convenant : Sache une chose Vince, ce n'est pas l'alcool qui tient l'homme, c'est l'homme que tient pas l'alcool, nuance.

Traduction

French Dutch English German Korean Portuguese Spanish Turkish Vietnamese

Événements à venir

OPEN 3-Bandes 2019



Suite à une impossibilité au premier tour, Eric Vaillant se retrouve, désormais, épaulé par Stéphane Leclerc et moi-même pour le second tournoi.

Le match fratricide entre Eric et moi-même tourne finalement à mon avantage. Nous avons les mêmes craintes sur les points de bande où le billard répond alternativement comme neuf ou normal, le billard roule, les billes excellentes. Le début de partie m'est un peu plus favorable, j'ai moins de stress, une réussite sur mes rétros et je réalise une série de 35 qui me met en-tête. Près de 50 points d'avance, pour autant, je ne crie pas victoire, Eric est capable de finir la partie. D'ailleurs, il fait un net rapproché par une série de 44, arrêtée sur les billes de près suite à un coup lâché. J'ai les billes, en profite et termine le match : 102-120 en 18. Le troisième homme du groupe est Marcel Rivoal, j'en viens à bout difficilement, je me qualifie pour les demi-finales.

Stéphane Leclerc est dans un groupe difficile avec Daniel Voltz et Jean-Pierre Nicole. Stéph mène contre Daniel, toujours devant mais les reprises défilent et Daniel se rapprochent, le point rouge est obtenu au bout de la limitation des reprises (119-108). Contre Jean-Pierre, le sammiellois joue son va-tout, met la pression et déstablilise son adversaire. Jean-Pierre sort du match et laisse filer la qualification pour le tableau final : 120-73 en 19.

Nouvelle rencontre fratricide, j'affronte Stéph. La concentration m'est difficile, je prends aucun risque, contrairement face à Marcel où les quelques prises de risque n'ont pas abouti. Je n'arrive pas à rappeler, toujours un peu fort, je ne dépasse pas 14 de série, sans doute une faiblesse par rapport à Stéphane que réalise 30 pour finir et 30 en début de partie. 150-130 en 25, ce n'est pas la "cata" même si ça en avait l'air.

Stéphane joue la finale contre Christian Lallemant, seul rescapé des N3 (Christophe Jaffré se fait sortir de poule par Stéphane Rose). Christian est au-dessus du lot, le 2m80 est son jardin, le sammiellois ne démérite pas : 200-71 en 11 (63 à la 5è).

Eric finit à une surprenante 10è place, son appréhension d'un match n'est pas la bonne, il faudra à l'avenir : trouver un rythme juste pendant l'américaine, et aborder plus sereinement un match en ne pensant que son seul adversaire est lui-même. Il a sa progression entre ses mains et peut en "emmerder" plus d'un sur, pour le moment, 2m80.

Souvenirs, souvenirs

Venez nous voir !

QR Code